top of page

Un espace de réflexion pour professionnels de la relation d'accompagnement, pourquoi faire?

Dans les champs du travail social il est fréquent d'être supervisé. De manière individuelle ou collective (en équipe) le travail de supervision permet de mettre des mots sur sa pensée et de mettre en lumière ce que la relation d'aide et d'accompagnement nous fait vivre.

J'ai entamé un travail de supervision en 2003, cela me faisait du bien de pouvoir déposer mes expériences professionnelles. Cet espace de non jugement, d'accueil et d'écoute a été plus formateur que je ne le pensais. Cela semblait presque léger, je racontais mes histoires, le superviseur m'écoutait, ses interactions me paraissaient encourageantes, cela m'a permis de prendre distance par rapport à des situations prenantes, et, cela a, petit à petit, développé ma confiance en moi. Puis, je me suis plongée dans des analyses plus approfondies de ma pratique, j'ai décortiqué les situations et j'ai repéré les schémas qu'il m'arrivait de répéter, les peurs que je pouvais ressentir, le sentiment d'impuissance que je vivais fréquemment.

La relation d'aide et d'accompagnement ne deviennent pas nos métiers par hasard, nous ressentons un appel, peut-être une sorte de besoin, parfois inconscient, de venir en aide. Voir une personne que nous accompagnons aller mieux, quelle récompense! Mais pourquoi? D'où me vient cet élan? Et comment faire lorsque je sens que la personne qui vient me voir ne semble pas "prendre" les propositions d'aide?

Le travail de supervision est là, dans ces questions pour lesquelles les réponses viennent en tâtonnant, parfois du bout des lèvres, parfois plus franchement. La libération de la parole permet de faire des liens, révèle et met en lumière beaucoup d'éléments de ce que nos vies professionnelles nous font expérimenter.

Cet espace est en dehors d'une recherche d'une quelconque performance. L'objectif n'est rien d'autre que l'élaboration de la pensée et de la pratique professionnelle. Peut-être est-ce d'ailleurs le fait d'être dégagé d'enjeux spécifiques qui agit sur nos pratiques? L'espace, le temps, la parole libre sont les ingrédients principaux de la supervision. J'y ai personnellement développé une sorte de "clairvoyance" sur ma place, ma fonction et mon rôle. J'ai pris confiance et j'ai pu apprendre à relativiser bon nombre de situations que je trouvais délicates voire douloureuses.

Je me suis formée à la supervision en 2008 et je pratique la supervision depuis 2014, d'abord auprès d'étudiants et depuis 2021 j'accompagne des travailleurs sociaux et des équipes. Aujourd'hui, je consolide mes acquis en élargissant ma pratique de superviseuse aux professionnels du bien-être, de l'accompagnement, de la relation d'aide sous toutes ses formes. Ces supervisions peuvent s'envisager sur un travail approfondi d'analyse de votre pratique tout comme elles peuvent s'envisager sur quelques séances à un moment précis dans votre cheminement de pratique. Vous vous installez comme indépendant et vous vous interrogez sur la meilleure manière d'accueillir vos clients/patients, vous vivez un accompagnement qui vous remue, vous vous sentez dans une sorte d'impasse, vous vous sentez essoufflé, vous ressentez une surcharge mentale... Autant de sujets propices au travail de supervision.

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions. De même, la première séance est une séance d'exploration, comme tout travail qu'on entreprend sur soi ou, comme ici, sa pratique, il est essentiel que le cadre proposé vous convienne.


7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page