top of page

Ressusciter, c'est possible!

Depuis quelques années, je réalise que chaque évènement, chaque fête, chaque saison revêt de nouvelles significations, me reliant à de nouvelles perceptions et lectures de vie. Et le même évènement prend chaque année des couleurs un peu différentes, suivant mon cheminement spirituel. Je vis cette approche de Pâques encore différemment de ce que j’ai déjà pu vivre auparavant. Je retiens certainement que toutes les traversées de désert ont une fin, que le Carême pour les chrétiens rejoint le jeûne du Ramadan des musulmans en invitant les fidèles à se dépouiller, à vivre dans la sobriété, que le jeûne purifie nos corps par le manque mais aussi nos esprits en leur rappelant l’humilité et la pleine conscience de nos richesses.

La mort qui précède la résurrection est aussi devenue pour moi une magnifique métaphore de l’évolution spirituelle. Ce cheminement nous fait passer par la mort symbolique de la personnalité (personne alitée). Notre personnalité c’est lorsque nous laissons l’égo, le mental dominer nos vies, nous limitant terriblement, nous maintenant dans des versions blessées, apeurées, insécurisées de nous-mêmes. L’éveil, c’est cette résurrection, celle qui nous permet d’accéder au subtil, à nous rapprocher de Dieu, de l’Univers, de cette force divine à l'œuvre en chacun de nous et en toute chose, toute manifestation terrestre et céleste. C’est le moment où nous lâchons tout ce que nous pensions vrai, lorsque toutes les vérités auxquelles nous nous accrochions volent en éclats. Cela s’inscrit parfois aussi dans le corps, par la maladie, par des évènements traumatiques tels que le deuil, un incendie, une inondation, la perte de sa source de revenu… Cela sera différent pour chacun et en lien avec ce que nous avons à lâcher pour nous élever. J’écris les mots “évolution”, “éveil”, j’utilise le verbe “élever”, dans notre monde de matière, ces termes peuvent être lus dans une forme de jugement, comme s’il y avait lieu de comparer et charger de négatif ce qui est “bas” de ce qui est positif et “haut”. Mais dans la nature, il n’y a pas à juger la hauteur du nuage par rapport à la pâquerette, tous deux passent par la terre, les nuages se forment à partir de l’eau évaporée et la pâquerette a des racines sous la terre pour offrir son cœur jaune et ses pétales au soleil. C’est bien d’être une pâquerette dans cette vie tout autant que de devenir un nuage, tout est juste, tout se transforme et rien ne se perd (inspiré de la citation de Lavoisier). L’évolution c’est notre chemin, si je préfère le terme "cheminement", il n’en reste pas moins que je sens mes perceptions s’élever encore, que mes sens s’élargissent, que cela dépasse la clairaudience ou la clairsentience, que cela concerne aussi le développement de mon chakra couronne et du chakra de mon 3ème oeil. Clairsentience pas uniquement en lien avec le “toucher”, mais aussi avec la vision intérieure.

Pourtant, mes semaines me ballottent entre les mondes, entre le travail social de terrain, la violence dans les familles, les équipes à bout de souffle, la surcharge de travail et la tension dans laquelle je suis quand je sens l’impuissance de tout un système à répondre à ces situations. Mais là, en écrivant ces lignes, je me sens grandir, je sens mon canal central s’élargir, je sens littéralement la lumière passer dans tout mon corps, je me sens si profondément reliée au Tout cela me remplit complètement, cela me nourrit et me berce, cela me permet d’être la pâquerette tout autant que le nuage… Entre la pleine lune et l’arrivée d’un long we je sens la vie vibrer dans chacune de mes cellules et je les remercie de me permettre une renaissance, à chaque fois plus pleine de vie et de lumière.

Tout est possible, et tous les textes saints l’expriment depuis des millénaires… Tout est sous nos yeux et il nous faut parfois tellement de temps pour le voir…

“On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux”. Cette phrase de Saint-Exupéry m’accompagne depuis toute petite, et elle raisonne plus vrai à chaque fois que je la prononce tant l’univers qu’elle contient est vaste.



16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page